Ce site utilise des cookies permanents et tiers pour l'amélioration de votre visite et des services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations, consultez notre Politique de cookies

Ce n'est un secret pour personne : les consommateurs ont un penchant pour les produits frais. Les chambres froides constituent un maillon vital de la chaîne logistique. Pourtant, les conditions hostiles qui les caractérisent mettent les équipements de manutention à très rude épreuve. Dans le but de garantir une productivité élevée et des livraisons en temps voulu, il faut mettre en œuvre des solutions personnalisées, afin de préparer les équipements à affronter des environnements à température contrôlée. Yale Europe Materials Handling met à profit son vaste savoir-faire pour proposer un éventail d'options qui limitent considérablement les interventions de maintenance supplémentaires, les frais de réparation et les temps d'immobilisation, de sorte qu'une baisse de température n'entraîne pas une baisse des performances.

Pas la peine de rester frigorifié
L'ergonomie et le confort de travail de l'opérateur sont au centre de la philosophie de conception de Yale. Des équipements tels que des cabines fermées à double vitrage et à double isolation des parois sont proposés sur les chariots à mât rétractable de la série MR et aux chariots tridirectionnels Yale®, afin d'offrir aux opérateurs un espace de travail chaud et confortable.

« Nos clients nous disent que leurs opérateurs sont plus performants quand ils sont confortablement installés. Lorsque les opérateurs travaillent au chaud, en particulier dans le secteur alimentaire et des boissons, où les chambres froides sont largement répandues, la chaîne logistique ne s'interrompt pas. Nos chariots à mât rétractable et nos chariots tridirectionnels peuvent être dotés d'une cabine chauffée ou entièrement isolée selon la préférence de chaque client », explique Gianbattista Scaramuzza, Senior Product Strategy

Manager en charge des équipements de magasinage chez Yale.

« L'isolation des doubles parois avec de la mousse injectée retient la chaleur dans l'habitacle et empêche le froid de pénétrer, tandis qu'un système de circulation de l'air sophistiqué assure un environnement de travail confortable. Avec cinq réglages de chauffage, l'opérateur peut choisir la température qui lui convient le mieux. Dans une optique d'économie d'énergie, le système se coupe automatiquement lorsque la température maximale est atteinte. L'habitacle de la cabine peut également être doté d'un sol chauffant », ajoute Gianbattista Scaramuzza.
Une attention particulière est également portée aux moindres détails. Pour leur confort de travail et leur sécurité dans les chambres froides, les opérateurs portent souvent des vêtements épais et des gants. Pour tenir compte de cette contrainte, les portes des chariots Yale® sont faciles à ouvrir et à fermer ; la marche d'accès est la plus basse et la plus large du marché, et les poignées intégrées permettent d'accéder aisément au chariot. À l'intérieur de la cabine, les pédales au sol plus larges offrent davantage de place pour les jambes de l'opérateur, qui peut ainsi adopter une position de travail plus confortable.
De même, aucune concession n'est faite quant à la visibilité. Il est possible d'installer un double vitrage associé à des vitres chauffantes pour empêcher l'embuage. Le système de circulation d'air empêche la formation de buée et de condensation dans la cabine. Le cariste peut même communiquer avec les personnes qui travaillent autour de lui au moyen d'un interphone : il n'a plus besoin d'ouvrir et de fermer sans cesse la porte de la cabine, et ne crée donc plus de condensation due à l'air froid.

Des chariots qui résistent au froid
Outre les conditions de travail difficiles d'un entrepôt frigorifique, c'est au moment où le chariot vient de sortir de la zone frigorifique que les probabilités que des problèmes se produisent sont les plus élevées.
Gianbattista Scaramuzza explique : « Quand l'opérateur quitte la chambre froide, de la condensation se forme sur le chariot au moment où il s'adapte à la température ambiante. Malheureusement, cette condensation peut suivre les gaines de câblage jusqu'aux connecteurs électriques, ce qui risque de les faire geler et se dilater lorsque le chariot retourne dans la chambre froide. Les dégâts causés provoqueraient la mise hors service du chariot, ainsi qu'une baisse de productivité potentielle le temps qu'il soit réparé ou remplacé ».
Pour empêcher les infiltrations d'eau, des connecteurs électriques doublement étanches peuvent être posés sur les chariots qui opèrent en chambre froide, ce qui permet de garantir la résistance des connecteurs et des composants aux changements de température. Une protection accrue des pièces mobiles est également à envisager.

« Les températures négatives peuvent avoir un effet particulièrement néfaste sur les pièces mobiles, ce qui aura par ricochet une incidence sur la productivité », précise Gianbattista Scaramuzza. « Pour contrer ce phénomène, nous avons mis au point un système de lubrification du circuit hydraulique, qui peut ainsi supporter des conditions de travail jusqu'à -30 °C sans compromettre le bon fonctionnement du chariot. Une gamme de solutions répondant à des besoins spécifiques - environnements dont les températures sont inférieures à -30 °C ou applications nécessitant une utilisation constante des chariots en chambre froide - est également disponible auprès de notre équipe de spécialistes techniques ».

Biberonnage
Dans des environnements de travail normaux, les opérateurs peuvent espérer profiter de 80 % de la capacité de la batterie au plomb-acide qui équipe leur chariot. Cependant, dans des environnements froids, ce chiffre peut tomber à 65 %, ce qui nécessite des mises en charge plus fréquentes au cours d'un cycle de travail. L'extraction de la batterie peut s'avérer délicate et chronophage, ce qui entraîne également une baisse des niveaux de productivité.
« Nous savons que nos clients doivent travailler de la manière la plus efficace qui soit. Notre infrastructure de mise en charge en allée évite d'avoir à déplacer le chariot jusqu'à une station de charge au beau milieu d'un cycle de travail ou d'avoir à extraire et à remplacer la batterie », explique Gianbattista Scaramuzza.
Pour les applications nécessitant une extraction de la batterie, il est possible de brancher sur le chariot un générateur électrique, afin que la température de l'huile et d'autres éléments ne baisse pas trop.

Propreté
Le maintien de la fraîcheur des produits n'est pas la seule difficulté que rencontrent les opérateurs logistiques du secteur des produits alimentaires et des boissons. L'hygiène et la propreté des produits sont d'une importance vitale, que ce soit pendant leur transport ou lors de leur manutention. Le transpalette à levée basse à conducteur accompagnant de la série MP a été spécialement pensé pour être utilisé en chambre froide. Ce transpalette est exceptionnellement maniable, ce qui permet à l'opérateur de travailler efficacement même dans les zones les plus confinées. De plus, un châssis galvanisé, garant d'une protection accrue contre la corrosion, est disponible.
« Le châssis, les tirants, le bouton de levier et le couvercle de la batterie peuvent tous être galvanisés à chaud pour leur conférer une plus grande résistance à la corrosion et à l'écaillage de la peinture. Le chariot peut ainsi affronter le froid sans laisser de débris derrière lui ».
« Nos solutions pour chambre froide sont robustes et fiables. Nous avons la certitude d'assurer à nos clients des performances dignes de Yale même dans les conditions les plus ardues », conclut Gianbattista Scaramuzza.