Ce nouveau succès commercial n'est pas le fruit du hasard. Les professionnels du champignon reconnaissent unanimement l'excellence des peseuses associatives Ishida qui sont personnalisables à l'infini en fonction du process (choix du matériau des bennes, de la nature des bennes -racleuses, bennes à vis-, division de la machine en fonction des mélanges...).

L'entreprise créée en 1992 compte aujourd'hui 70 personnes, affiche un chiffre d'affaires de 27 millions d'euros et produit annuellement 7 000 tonnes de champignons (cèpes, girolles, morilles, chanterelles, trompettes, pleurotes, mousserons...), tous récoltés à la main dans plusieurs pays européens et mondiaux.

La gamme comprend des mélanges de champignons entiers ou coupés, des champignons cuisinés, des préparations à base de champignons précuits fournis à 50 % à la RHF, 40 % aux GMS et 10 % à l'export.

L'usine dispose de 23 000 m2 en froid négatif et d'une capacité de stockage de 2 000 tonnes.

Patrick Chalamet, directeur de l'usine Magda : « Utilisant une vieille peseuse depuis plusieurs années, je souhaitais passer à la vitesse supérieure et surtout acquérir un matériel d'une grande précision pour éviter les sur ou sous-dosages dommageables pour l'entreprise si on considère le prix élevé de la matière première. J'ai bien sûr lancé un appel d'offres. Les tests ont été probants : c'est l'associative Ishida qui est arrivée en tête sur deux critères principaux, la précision et la cadence ».

La peseuse référencée CCW-R-224B-4S-30-WP a été installée dans un atelier en température négative, les champignons arrivant en conteneurs de 200 kg depuis la zone de stockage à - 25°C.

Elle comprend 24 têtes et a été totalement personnalisée par Ishida en fonction des exigences des process : bennes de 3 litres en acier gaufré qui évite l'adhérence des additifs comme les herbes, l'ail, l'échalote sur les parois..., rangée de bennes mémoire pour booster la cadence, régulation automatique de l'alimentation. De plus, la machine a été divisée en 4 zones pour assurer le pesage de mélanges composés de 4 variétés de champignons.

Patrick Chalamet : « Nos collaborateurs ont mis en avant la facilité d'utilisation et de nettoyage de la machine ; quant à moi, cet investissement va me permettre d'atteindre mon objectif de production à court terme de + 30 % ».